Que se passe-t-il quand nous avons des oraux, des entretiens et des auditions et que nous perdons tous nos moyens ?

Bien souvent, c’est que le « critique intérieur » va en prévention : juger, critiquer, censurer le moindre de nos gestes et de nos pensées. Le « critique intérieur » s’est constitué de tous les jugements et critiques que nous avons reçus de nos proches, parents, amis éducateurs et que nous avons acceptés comme vrais. Cela va déclencher chez nous : la peur de mal faire !

La peur de mal faire peut se manifester de la simple gêne, au trac (bouche pâteuse, épaules nouées, tics de langage, mouvements incontrôlés et répétitifs), à la complète paralysie et peut même parfois réussir à nous faire dire des choses idiotes…. Si je passe un examen, le critique intérieur voulant nous protéger va être très actif et va faire tout ce qui est en son pouvoir pour me faire rester dans la zone de confort, celle que je connais et que je maîtrise, aussi inconfortable soit-elle.

Sortir de la zone de confort, c’est prendre un risque. Mais prendre un risque c’est aussi permettre de découvrir, d’appréhender et de maîtriser de nouvelles choses et d’agrandir ainsi sa zone de confort.

Il existe un moyen pour détourner l’attention de ce « critique intérieur », c’est d’être dans son plaisir. Quand on est dans son plaisir et quand on est à sa place, le critique intérieur n’a plus aucun effet sur nous. Il est avec nous, il s’amuse avec nous. « Place » et « plaisir », on ne le répètera jamais assez, ont la même origine, le mot : « placere ».

Le travail est de quitter l’état d’auto-jugement (point de concentration sur soi), pour arriver à l’état de je le fais parce que ça me fait plaisir de le faire et de partager avec les autres mon savoir, mon savoir-faire et de le faire savoir (point de concentration sur ce que j’apporte à l’autre et de l’effet positif que ça lui/nous fait).

Je passe de l’état de victime qui subit à celui d’acteur qui agit. C’est de là, d’ailleurs qu’est venue cette technique, c’est la technique d’actorat de Sanford Meisner qui a développé sa technique qui est enseignée aujourd’hui dans toutes les grandes écoles anglo-saxonnes et dans de trop rares écoles françaises. En changeant mon point d’intention, je peux ainsi être libre, disponible, spontanée, ressentir et être pleinement présent pour offrir un présent : ma présence pleine de tout ce que j’ai, de tout ce que je sais et de tout ce que je suis.

Auto-jugement (point de concentration sur soi) : Est-ce que je vais être à la hauteur ? Est-ce que j’ai suffisamment de valeur ? Est-ce qu’ils vont me sélectionner ? Est-ce que je vais être choisi ? Est-ce qu’ils vont penser que je suis bien ?

Présence (point de concentration sur l’autre) : Comment puis-je vous aider ? Comment puis-je vous remercier ? Comment peut-on travailler ensemble ? Que peut-on échanger, partager ? Comment puis-je vous rassurer ? Est-ce que je sens que ce que j’ai fait a un effet positif sur vous ? Est-ce que je peux vous transmettre mon intérêt ou ma passion ?

Concentrez-vous sur ce que vous avez plaisir à offrir.

Apportez et préparez du contenu utile, pertinent, créatif et constructif qui mettra toutes les chances de votre côté !

En vous éclairant, vous éclairez les autres !

Amusez-vous, passionnez-vous et réussissez !