Voici un article publié pour l’Experthèque d’Ad’missions :

Cliquez ici

Qu’est-ce qu’une émotion ?

Une émotion, c’est quelque chose qui nous met en mouvement : « motion » en anglais, « motio » en latin. Une émotion est une réaction psychophysiologique par rapport à des circonstances extérieures ou à des croyances.

Nos émotions sont nos guides. Elles nous indiquent si l’expérience que l’on est en train de vivre est plaisante et dans ce cas-là, on en veut plus, ou si l’émotion est déplaisante et dans ce cas-là, on préfèrera éviter de recommencer. Nos émotions définissent donc ainsi nos moteurs et nos freins.

L’émotion nous met en action, vous comprenez donc pourquoi il est si important de bien savoir l’utiliser. Quand vous intervenez, vous allez pouvoir « appuyer sur les bons boutons » – (« hot buttons » comme disait Sanforfd Meisner)-, pour vous mettre en action et pour faire bouger vos équipes et les motiver.

Toutes les émotions sont utiles, mêmes celle que l’on qualifie de négatives. Il est important de ne pas les censurer, mais de les cadrer, de les exprimer toutes, mais dans le bon contexte, au bon moment, car sinon cela peut ne pas être approprié et parfois reçu par une personne que cela ne concerne pas. Pour cela on définit des objectifs, car c’est la satisfaction ou non d’un objectif ou d’une croyance qui va créer une émotion positive ou négative. Si vous ressentez encore de la peur ou de la colère, c’est sans doute que vous vous trompez encore d’objectif ou de croyance.

Evidemment, si je change mon objectif ou ma croyance, ce qui pouvait autre fois paraître « négatif », peut devenir « positif ». J’aurais juste changé de point de vue. Dans le travail que je propose, c’est cela que je vous invite à faire. Vous avez peur par rapport à vos croyances et vos objectifs, mais si je vous propose de regarder les choses sous un autre angle, cela peut devenir quelque chose de plaisant, agréable. Il suffit juste d’interroger ses représentations et de faire comme dans « Le cercle des poètes disparus », monter sur la table pour envisager les choses sous un nouvel angle qui ne prend plus uniquement en compte vous et votre peur, mais ce que vos mots, vos choix et vos actions peuvent apporter à l’ensemble de votre groupe, société, communauté.

 

L’émotion est un flux

Sanford Meisner, grand pédagogue américain pour les acteurs, disait : « le texte est une barque et l’émotion est une rivière, un flux ». Connaissez votre texte, les mots clefs, les valeurs, votre message, sa construction, son argumentation, ce que vous souhaitez défendre et laissez libre cours au flux de vos émotions qui vont aller soutenir le sens de vos intentions, de manière à la fois vraie et vivante. Vous donnez la direction, ensuite restez vivant et spontané, c’est cela qui touchera votre audience.

Quand tout est trop sous contrôle, hermétique, on le voit aussi avec certains ENArque, même si le discours est très construit, parce qu’ils sont coupés de leurs émotions, ils ne parviennent pas à nous toucher. Vous avez beau être le plus « intelligent », il faut que vous parveniez à libérer le flux de vos émotions pour toucher les autres, vous avez juste à les laisser faire. Tant que vous chercherez à trop les contrôler, elles vous feront faire quelque « sorties de rivière »…. à travers ces actes que vous faites et que vous ne comprenez pas pourquoi vous les avez fait.

Vous donnez la direction et vous les laissez faire. C’est un acte de confiance et de lâcher-prise que l’on peut faire encore plus facilement une fois que l’on a défini le projet de son intervention et le type de relation respectueuse et valorisante que l’on souhaite entretenir avec son audience.