Article publié dans Femmes D’Influence – http://www.femmesinfluence.com/et-si-nos-faiblesses-etaient-nos-forces/

 

Trop ceci, pas assez cela… : nos croyances limitantes 

On considère souvent avoir des faiblesses, être trop ceci ou bien pas assez cela… et on croit que cela nous handicape pour pouvoir développer nos projets ou notre expression.

On se considère trop sensible, trop timide, trop peureuse, trop…. ou pas assez confiante, pas assez forte, pas assez etc… pour pouvoir réussir. (Comme dans l’ancienne pub pour un fromage à pâte fondue : « Trop ceci ! Pas assez cela ! »).

Et trop souvent les gens abandonnent leurs rêves et leurs ambitions, avec tristesse et lourdeur, en se disant que rien ne sert de désirer ce que l’on ne peut pas avoir…. Qu’il faut se faire une raison.

Pourtant vous n’avez parfois essayé d’atteindre vos rêves qu’une ou deux fois, mais souvenezvous combien de fois vous êtes tombées avant de réussir à marcher.

 

L’échec est une étape 

L’échec est juste une étape normale de l’apprentissage. Notre raison nous fait croire que l’on peut et doit tout réussir dès la première fois et que si ça ne marche pas c’est parce que nous n’avons pas les qualités nécessaires pour pas y arriver. Heureusement que vous n’avez pas fait la même chose quand vous avez appris à écrire ou à marcher… !

Et cette croyance de devoir réussir dès la première tentative est très forte dans la société française où parler d’échec est absolument tabou. Dans les pays anglo-saxons, on peut mettre nos échecs sur un CV, car cela est vu comme une expérience de laquelle on a appris.

Je vous invite à réinterroger vos conceptions et vos croyances, car les qualités et les défauts sont toujours relatives à un contexte.

Souvent, ce que vous avez accumulé comme jugement sur vous-mêmes sont des jugements que vous avez entendus par vos parents, amis ou professeurs et que vous avez considéré comme vrai.

 

Affirmez vos désirs et trouvez votre chemin 

Si vous en avez le désir, c’est qu’il y a une part de vous qui s’exprime et qui peut l’atteindre, cependant pour atteindre votre but, il s’agit de trouver votre route, votre chemin, avec vos manières. Si vous vous comparez et que vous voyez quelqu’un réussir quelque chose que vous désirez, vous pensez que c’est grâce à ses qualités et que vous voudriez avoir les mêmes pour réussir vous aussi, alors que la personne a réussi parce qu’elle a su faire avec elle-même.

C’est donc avec votre instrument que vous allez devoir travailler. On ne peut pas reprocher à un piano d’être trop lourd, à une flûte d’être trop petite, à une guitare d’être trop légère…. Tous ces instruments peuvent jouer de la musique et différents styles de musique, mais pour qu’ils délivrent un son, il faut les respecter et les utiliser pour ce qu’ils sont. On ne frappe pas un flûte en lui reprochant de ne pas faire le son d’une batterie ! Idem si vous êtes une guitare électrique, on peut vous reprocher d’être ce que vous êtes dans un orchestre classique, mais pensez à quel point vous seriez bien reçue dans un groupe de rock !

 

Vos faiblesses sont vos forces 

Vos faiblesses sont vos forces, juste elles n’ont pas encore été reconnues parce qu’elles ne sont pas utilisées dans le bon contexte ou de la bonne manière. Vous pouvez être introvertie et être une excellente oratrice, parce que votre timidité vous aura permis de rester en arrière, d’observer, de savoir écouter, comprendre et retranscrire…. Votre manière de vous exprimer n’utilisera pas les mêmes ressorts qu’une personne très extravertie. Il est important que vous trouviez cette manière qui vous permet d’être présent aux autres et que cela soit facile et plaisant. Votre sensibilité vous aura permis d’avoir plus d’empathie et de mieux comprendre les autres.

Réfléchisssez : dans quel contexte vos qualités peuvent-elle être perçues comme des forces ?

A votre rythme, avec votre instrument : osez et donnez-vous la parole !

Emilie CaillonExperte prise de parole, Coaching / Storytelling / Mise en scène 

Twitter : @dvlaparole

Instagram : caillonemilie