Blog

Pourquoi vous devriez travailler avec moi ?

La plupart des coachs sont spécialisés sur un seul domaine. Ils vont être spécialisés soit sur le story-telling, sur la prestance scénique, sur la mise en forme ou la représentation visuelle, sur le relationnel, sur l’émotionnel, sur le positionnement….
Personnellement, je travaille sur tous ces points en même temps, car on ne peut pas séparer le fond de la forme et réciproquement.
Il faut penser la communication en terme de système et en globalité. Pour avoir une bonne communication, il est important d’être cohérent à tous les points de vue de la même manière qu’on crée un film, une pièce ou une série. On travaille à la fois sur le texte, le casting, la direction des acteurs, les décors, les costumes, la mise en scène, le rythme, la musique… C’est bien pour cela qu’on appelle le cinéma le 7ème Art.
Vous pouvez bien sûr choisir de travailler sur chaque spécialité individuellement, mais cela risque de vous prendre beaucoup de temps et de vous coûter beaucoup d’argent et ce sera à vous même de savoir si par rapport aux différents axes vous trouvez votre unité.
Ce que je sais depuis les 17 ans que j’exerce qu’il est toujours plus facile de partir de la personne elle-même, d’aller chercher en profondeur ses intérêts, ses passions, ses moteurs pour lui permettre de trouver à l’intérieur d’elle la confiance dont la personne a besoin pour oser se donner la parole. Ce que j’offre, c’est ce regard bienveillant mais sans concession, cette écoute fine de vos réactions physiques à vos propositions et un regard instruit sur les différentes possibilités qui s’offrent à vous dans chacun des champs énoncé plus haut.
Je travaille sur de nombreux projets en parallèle (actrice, auteure, réalisatrice/metteur en scène, productrice, formatrice/coach) et c’est pour cette raison, que j’aime travailler (et dans votre intérêt et dans le mien) de manière simple, rapide et efficace.
J’aime vous donner les moyens d’ouvrir vos ailes, d’ouvrir votre coeur et d’aller vers ce qui compte vraiment pour vous, votre objectif, ce qui vous transporte et ce qui transportera votre audience.


Pourquoi devriez-vous utiliser vos émotions dans vos discours ?

petites-emotions-grands-capitainesVoici un article publié pour l’Experthèque d’Ad’missions :

Cliquez ici

Qu’est-ce qu’une émotion ?

Une émotion, c’est quelque chose qui nous met en mouvement : « motion » en anglais, « motio » en latin. Une émotion est une réaction psychophysiologique par rapport à des circonstances extérieures ou à des croyances.

Nos émotions sont nos guides. Elles nous indiquent si l’expérience que l’on est en train de vivre est plaisante et dans ce cas-là, on en veut plus, ou si l’émotion est déplaisante et dans ce cas-là, on préfèrera (suite…)


Comment dépasser la peur ?

Courage - RenardArticle publié pour l’Experthèque d’Ad’missions

Cliquez ici

La première émotion à laquelle pensent la plupart des personnes, quand on leur parle de prendre la parole en public, c’est la peur. Pour vous aussi ?

Peur de se tromper, de ne pas être intéressant, peur de rater, … ça a de quoi faire trembler…. !

Mais si je vous disais que ça n’est pas grave, que c’est même tout à fait « normal » et que c’est bon signe : vous êtes vivants !

Le principe d’une émotion, c’est qu’elle doit nous traverser. Nous ne sommes pas nos émotions. Nous ne devons pas nous identifier à nos émotions. Vous n’êtes pas la peur, vous ressentez la peur, et cela, seulement dans certains contextes.

De par mon expérience, je sais que quand quelqu’un me dit qu’il/elle est timide, je sais que ce n’est qu’une (suite…)


Prendre la parole, c’est donner

mots et idéesVoici un article écrit pour l’Experthèque d’Ad’missions –

Cliquez ici

La communication est une circulation.
On donne et on reçoit, on reçoit en fonction de ce que l’on donne.
Si ce que je donne est un message inspirant, gratifiant pour chaque partie, je reçois des applaudissements. Si je reconnais l’autre dans ses besoins, ses attentes et ses limites, il y a de plus grandes chances que l’autre puisse aussi m’entendre et reconnaitre mes besoins, mes attentes et mes limites.
Parler, c’est aussi savoir écouter et se faire entendre.
Que donne-t-on concrètement quand on prend la parole ?
On donne d’abord des informations, mais l’on apporte aussi ce que l’on est.
La notion de « donner des informations » est assez claire pour tous.
On donne des informations qui vont être utiles aux autres. C’est la base. On peut donner des informations qui vont (suite…)


Réussir ses oraux, en changeant son point de concentration

se libérer de la peurQue se passe-t-il quand nous avons des oraux, des entretiens et des auditions et que nous perdons tous nos moyens ?

Bien souvent, c’est que le « critique intérieur » va en prévention : juger, critiquer, censurer le moindre de nos gestes et de nos pensées. Le « critique intérieur » s’est constitué de tous les jugements et critiques que nous avons reçus de nos proches, parents, amis éducateurs et que nous avons acceptés comme vrais. Cela va déclencher chez nous : la peur de mal faire !

La peur de mal faire peut se manifester de la simple gêne, au trac (bouche pâteuse, épaules nouées, tics de langage, mouvements incontrôlés et répétitifs), à la complète paralysie et peut même parfois réussir à nous faire dire des choses idiotes…. Si je passe un examen, le critique intérieur voulant (suite…)


Trouver la bonne distance

you've changedTrouver la bonne distance que ce soit dans son contenu ou physiquement est essentiel pour s’exprimer avec facilité.

Dans son contenu, on a besoin de trouver un angle qui soit personnel, mais parler de choses trop privées peut créer une charge émotionnelle trop forte au point de ne pas être capable de délivrer son message. Trouver l’angle de ce qui est suffisamment unique pour retenir l’attention et toucher à l’individuel est le meilleur moyen de parler de l’universel.

Il est important que vous sachiez ce qui fait partie de votre vie privée et que vous souhaitez garder comme tel et ce qui est personnel, mais suffisamment collectif pour permettre aux autres d’avancer sur des problématiques que vous avez su traverser. Il existe des différences culturelles, d’un pays à un autre sur ce qui fait partie de l’intime et ce qui fait partie du collectif. Les américains parlent régulièrement de (suite…)


La timidité, est-ce irrémédiable ?

les baobabs avant de grandirLa timidité est notre incapacité à pouvoir nous exprimer librement. Elle est définie comme un manque de sécurité et d’assurance. Mais ce qu’il est important de souligner, c’est que la timidité est contextuelle.

On n’est pas timide partout et tout le temps. Par exemple on peut être timide devant un public inconnu et être très à l’aise avec ses amis. Comme on peut être très timide amoureusement, mais pas du tout professionnellement.

Bref, la timidité dépend de sa zone de sécurité. Alors la bonne question est comment agrandir sa zone de sécurité en se sentant à l’aise même dans des cadres où habituellement on ne l’est pas ?

Oui et pour cela, il faut d’abord identifier (suite…)


Le charisme, inné ou acquis ?

plénitude douceurLe charisme est la capacité à pouvoir transporter les gens. Ça commence comme char, mais ça se prononce comme car. Dans le cas d’un car ou d’un char, on voit bien que nous sommes dans le registre du transport. On pourrait également parler de séduction, car la séduction, le fait de séduire est le fait de conduire ailleurs.

Quand on est charismatique, on est séduisant.

Mais quand on pense avoir le degré de séduction d’une huitre, on va fortement douter de sa capacité à pouvoir se faire écouter.

Le charisme n’est pas une question de physique, Gainsbourg est l’un des êtres les plus charismatiques qui soit sans pour autant (suite…)


Vaincre le stress

c'est dans ses rêvesLe stress est une sensation qui est stimulante à petite dose, mais qui peut être très désagréable à dose très élevée et qui peut être totalement inhibant.

En anglais stress signifie appuyer. On stresse certaines voyelles dans la langue de Shakespeare.

Mais quand le stress est à un degré tel qu’il ne nous encourage plus mais qu’il nous écrase au point de ne pouvoir plus ni réfléchir, ni respirer, ni se souvenir de ce que l’on a à dire, ni pouvoir maîtriser ses gestes, c’est qu’il est temps de reprendre les choses en main.

Première chose importante, observez d’où vous partez. Quel est votre niveau de stress ?

Le stress n’est pas réel, mais (suite…)